AfriqueActu.radio

RDC - Les Nations Unies se retirent de Radio Okapi

Rédigé le 13/03/2019
RENAUD KOBIA


Logo Radio Okapi. ©ifj.org

 

Après 17 années d’existence, Radio Okapi qui fait partie des principaux organes d’information en République démocratique du Congo, se retrouve aujourd’hui à la croisée des chemins. L’ONU son principal soutien logistique et financier a décidé de se retirer du média.


 

Fondée en février 2002 à l’initiative et avec le soutien des Nations unies, au travers de la MONUC devenue en 2010 la Monusco et de la Fondation Hirondelleorganisation non gouvernementale suisse active dans le soutien aux médias dans des contextes de crise, Radio Okapi est considérée comme la radio de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO).

La création de cette radio est consécutive au génocide rwandais, et au rôle de propagande au profit des génocidaires joué par la radio des mille collines.

L'objectif de Radio Okapi qui se définit comme la « fréquence de la paix », a été à son avènement, de donner accès à une information juste et vérifiée dans le contexte d'un pays divisé par la guerre des grands lacs.

Avec ses huit sous-stations dans les principales villes du pays et ses émissions qui sont diffusées dans les principales langues du Congo plus le français, Radio Okapi fait partie à ce jour des principaux organes d’information en République démocratique du Congo.

Aujourd’hui avec la réduction du personnel de la MONUSCO et le retrait des Nations Unis de sa gestion qui a eu pour conséquence directe, la fermeture des antennes de Lubumbashi et Kisangani, deuxième et troisième, grandes villes de la RDC, les congolais qui dans leur grande majorité saluent le travail réalisé par la radio de la paix pendant ses 17 années d’activité, espèrent qu’elle va continuer d‘émettre.

A noter que les Nations unies sont présentes en RDC depuis une vingtaine d'années et la Monusco, avec ses quelque 16.000 Casques bleus, représente l'une de ses missions actuelles les plus importantes et les plus coûteuses.